L'accueil

La liste des films

Les liens ne pas rater

BRIDE OF THE MONSTER
1955 - Rolling M. productions



LES PERSONNAGES

- Dr Eric Vornoff : Bela Lugosi, vieillissant, mais cabotin jusqu'au bout des doigts. Vornoff est un savant fou de l'Est typique, travaillant sur l'énergie atomique et ses multiples application. Il agonisera dans les bras de la créature qu'il a lui-même créée.

- Lobo : Tor Johnson, fidèle au poste. Serviteur de Vornoff, originaire du Tibet. Tué par son maître lors d'un combat de catch.

- Dick Craig : Bellâtre de service. Héros détective et rien de plus.

- Janet : Journaliste pleine d'initiative qui, elle, croit a l'existence du monstre. Accessoirement petite amie de Dick.

- Vladimir Strowski : Spécialiste des monstres préhistoriques (??). il s'agit en fait d'un agent double travaillant pour un obscur pays communiste et est chargé de ramener Vornoff. Mais ce dernier lui fera rencontrer sa bestiole.

- Cpt Robbins : Baron Noir de 14-18. Ennemi juré de Biggles, il donnera pas mal de fil à retordre aux héros mais terminera dans une magnifique explosion à bord de son Biplan.

- Le monstre : Pieuvre improbable alternant entre l'immobile amas de caoutchouc et le stockshot qui aurai oublié les règles de proportionnalité.

L'HISTOIRE, L'AVIS

Légende parmi les légendes, c'est toujours un plaisir de se faire un film d'Ed Wood. Bride of the Monster est parfaitement représentatif de ce pourquoi on aime se bidonner devant les films de cet homme plein de bonne volonté.


Le film commence sous la pluie, la musique fait "POM-POM-POM-POM !" et deux chasseurs sont coincés sous l'orage dans les marais. Alors ils vont chercher refuge vers une grande maison qui semble abandonnée. Mais là un savant fou à l'accent franchement pas californien leur ouvre en leur intime de ne pas rester là sous peine de voir le monstre. Un gros chauve vient leur brailler dessus et les 2 chasseurs détalent. Lors de leur fuite l'un d'eux est capturé par une pieuvre (dans un marais ?), fruit, apparemment des expériences du savant tandis que son collège se fait faire une prise de l'ours par l'ours sans poil précédemment cité.

A son réveil, le survivant est sur une table affublé d'un casque ridicule (un saladier en alu et 3 loupiotes). Vornoff allume sa machine infernale et la pauvre victime se voit éclairer le visage par une lampe… insoutenable ! Mais l'expérience foire, le cadavre est bon à jeter en pâture au monstre du marais. Mais Vornoff jure qu'un jour, contrairement à d'habitude, il y arrivera (sans doute à force d'ajustement dans ses réglages de starters de néons…).

Le lendemain, dans le bureau du capitaine Robbins, on se pose bien des questions sur ces disparitions à répétitions. Dick est mis sur l'affaire, Janet, la journaliste, elle, croit au monstre du marais et part enquêter de son côté après avoir découvert dans les archives de son journal que la maison abandonnée avait été vendue à un Docteur nommé Vornoff.

Pendant ce temps, le capitaine faire boire son oiseau de compagnie dans un verre…et présente à Dick le professeur Vladimir Strowski, lui aussi très louche de part son accent. Strowski fera d'ailleurs la même chose que Janet et ira dans la maison au fond des marais, à la recherche du savant.

Janet, qui a eu un accident de voiture est recueillie par Vornoff qui se présente à elle et la garde sous son influence en l'hypnotisant (en clair, il lui passe la main devant les yeux, illumine son regard, fronce les sourcils et lui demande de dormir… il est fort ce Bela). Lorsque Strowski arrive dans la maison, il est plutôt bien reçu. Mais lorsqu'il annonce à Vornoff son intention de le ramener au pays pour reprendre ses recherches, c'est une autre histoire. A ne pas manquer, la très célèbre tirade ("Home ? I have no home… Haunted… dispised…"). Puis la situation s'envenime lorsque Strowski sort son arme. Lobo, qui a la fâcheuse tendance à prendre tous les invités par derrière s'empare de l'indésirable et le jette en pâture à la pieuvre en plastique.

Plus tard, alors que Dick tarde à venir sauver sa belle, Janet, justement, est habillée en robe de mariée, pour l'occasion d'une grande expérience de Vornoff qui fera d'elle… la fiancée de l'Atome !!!. Mais tout finira bien car Dick et les renforts arriveront à temps alors que Lobo se sera déjà rebellé contre son maître. Le mad scientist aura même la joie de goûter à la puissance atomique avant de périr (pour une fois que l'expérience marchait !), culbuté par une grosse boule de pierre en carton, dans les tentacules désespérément inertes du monstre qu'il avait mis au point. Ils s'en iront tous les deux dans une magnifique explosion atomique !!!??? c'est ce qu'on appelle avoir des atomes crochus.

 

Tout le monde est là pour notre plus grand plaisir. Lugosi, à fond. Tor Johnson qui peine à viser les portes lorsqu'il évolue dans un espace à 2 dimensions. La potiche, le bellâtre, le flic débonnaire.

Pour ce qui est de la narration, Ed Wood s'en sort plutôt bien cette fois-ci car le script est assez cohérent. En revanche, et comme d'habitude, il sollicite énormément (trop) l'imagination du spectateur pour combler le flagrant manque de moyens. L'intégralité du métrage devant porter un message philosophique gros comme le bide de Tor, venant conclure sobrement le film : à trop jouer à Dieu, on finit par se détruire.

Pour finir, je vous conseille de regarder Ed Wood de Tim Burton avant de vous attaquer à Bride of the Monster car il restitue sans aucun doute assez bien les circonstances dans lesquels cette "œuvre" a été mise en boîte.

Définitivement touchant cet illuminé d'Ed Wood.

 

 

CE QUE J'AI APPRIS DANS CE FILM

  • Il est très facile d'hypnotiser quelqu'un pour peu que l'on ait les mains suffisamment souples.
  • Les alligators savent poser des pièges contre les humains ?
  •  


    A VOIR


    4   min.   : Craignos Monster !
    5   min.   : Au bout de 4 essais, la machine s'allume ? C'est évident que l'expérience va foirer !
    9   min.   : Et voilà, encore raté !
    23 min.   : Jour -> nuit. Plein soleil -> Orage
    39 min.   : La célèbre tirade de Lugosi. Sortez les violons !
    42 min.   : Pas de panique Strowski, la pieuvre semble dormir.
    57 min.   : Les coups de Tor ont quand même dus pas mal sonner le pauvre vieux Bela.
    60 min.   : La cloison qui tremble, on met çà sur le compte de leur force surhumaine ?




    LES REPLIQUES QUI TUENT

    Vornoff : "Bientôt, vous serez un géant, doué de la force de 20 hommes, ou bien…, vous mourrez…comme tous les autres."

    Lobo : "Earrhh.."

    Cpt. Robbins : "Il a voulu se mesurer à Dieu."

     

     

    Reference IMDB :

     


      LA GALERIE