L'accueil

La liste des films

Les liens ne pas rater

LE BAISER DU DIABLE
1975 - Andros Films



LES PERSONNAGES

- Claire Grandier : Médium, ex comtesse victime de l'aristocratie, elle revient chez le Duc d'Haussemont pour se venger. Etranglée par la créature à laquelle elle aura donné vie grâce à un rite satanico-micromoléculaire.

- Professeur Gruber : Télépathe et microbiologiste au cœur faible. Il n'est plus attiré par les femmes et préfère parfois se taire plutôt que dire des conneries (et puis la télépathie, çà arrange bien parfois). Meurt d'un coup de jus asséné à distance...

- Duc d'Haussemont : Aristocrate benêt qui cherche de nouvelles sensations. Le monstre lui procurera sa dernière.

- Loreta : Femme de chambre pas farouche. Etranglée par le monstre puis réanimée à l'état de zombie par le professeur.

- Joseph : Valet macabre dont la voie est doublée comme une cassette qui se ferait bouffer par un Walkman. Poignardé par Claire.

- Le nain : Violeur et main d'œuvre du couple infernal. 1m50… embrassé une dernière fois par le monstre.

- Le monstre : L'esprit d'un compte dans le corps d'un forçat. Expert en strangulation et beuglements, 0 en catéchisme.

 


L'HISTOIRE, L'AVIS

Apparemment, ce film est une grosse rareté, mais ce n'est finalement pas trop grave. Aux premières images et même pendant tout le reste de la bande, on ne peut s'empêcher de penser que Jesus Franco est derrière tout çà (certains tiques ne trompent pas), mais seul l'inconnu Georges Gigo est crédité à la réalisation.

 

Pour résumer l'intrigue assez rapidement, Claire Grandier est invitée dans le château du Duc de Haussemont pour faire une démonstration de ses dons de médium lors d'une soirée, elle s'y rend avec son ami le professeur télépathe Gruber. Fasciné par les résultats de la séance, le Duc leur propose de s'installer dans sa cave pour continuer leurs expériences. Or, il s'avère que Claire est en fait la Comtesse de Moncorn, veuve, humiliée puis oubliée par toute l'aristocratie environnante. Elle en fait ici pour se venger de son sort et de la mort de son mari. Ils feront renaître l'esprit de celui-ci dans l'enveloppe d'un puissant cadavre qui n'aura de cesse d'étrangler tout vivant traversant son chemin, y compris sa créatrice : Claire.

Voilà pour l'intrigue, il est maintenant temps de s'intéresser à quelques détails que j'aie pu noter au fur et à mesure de la vision de ce film. Tout d'abord, on rappelle l'action prend place dans les années 70 et la séance de spiritisme est précédée d'un défilé de mode d'avant-garde (de l'époque) kitchissime, musique funky/disco à l'appui. Terrible.

Ensuite, vu le style et la période de réalisation de la chose, inutile de vous dire que les nichons à l'air y sont monnaie courante.

Si on s'intéresse de plus près au scénario, décèle-t-on bon nombre de points très très obscurs, voir des absurdités complète. Parmi celles-ci, la plus énorme tiens dans le fait que le Duc connaît la véritable identité de Claire, qui est de ce fait, une ennemie mortelle. Alors pourquoi, en connaissance de cause, cet abruti de Duc d'Haussemont héberge ces deux individus sans même s'inquiéter de la nature des expériences qu'ils conduisent dans sa cave ?! Et puis dans la série des grosses âneries, on a également l'homme de main d'œuvre du couple diabolique qui mesure un bon mètre cinquante alors que vers la fin du film, on apprend qu'il s'agit d'un nain...

Maintenant, côté personnages, jeu d'acteur et dialogues, on est franchement gâtés. Par exemple, Claire Grandier est interprétée par un clone italien à perruque de Barbara Steele, son acolyte de toubib, quant à lui, mime avec perfection la télépathie, pour simplifier, on se touche les tempes avec le bout des doigts, et on fait semblant de pousser très fort… Hyper efficace. Et puis chaque échange entre ces deux là sur les sujets occultes est toujours l'occasion d'une sacrée partie de rigolade.

Et puis il y a le monstre. Là, ils ont vraiment mis la gomme en recrutant une espèce de Tor Johnson (de Plan 9, pour les amateurs) maigrichon (si c'est possible !). Ensuite, un peu de modeline sur le dessus du crâne, quatre coups de crayon gras et ils lui font faire "GREUEUEU" les mains en avant, pis voilà, çà fait peur.

Je vous raconte vite fait la fin qui vaut son pesant de chandelier. Une fois que le Duc d'Haussemont est mort étranglé, brûlé (attention la police veille), Richard, son héritier viens habiter dans le château mais tolère toujours la présence de Claire et de Gruber. Mais le toubib en question, trop faible suis à la réception d'un électrochoc par télépathie (?!) ne peut plus contrôler le monstre qui s'échappe, tue l'ex comtesse et poursuit la fiancée de Richard. Mais alors qu'elle arrive à l'entrée de la chapelle, la créature, qui ne connaît pas son signe de croix se retrouve bloquée. C'est l'occasion pour Richard et la police, qui arrive à temps (des fois, elle arrive à temps) pour abattre le monstre qui finit par se décomposer en un éclair (heuu, en un hors-champ).



Je vous assure que ce film fantastico-érotique espagnol des années 70 sens vraiment la production Franco. Absolument tous les éléments y sont, et par conséquent, on y retrouve cette sorte de gothisme fauché mais qui arrive parfois à prendre pour qui arrive à faire abstraction des dialogues ridicules. Pour les amateurs du genre.


CE QUE J'AI APPRIS DANS CE FILM

  • Le temps ne joue pas en faveur des pauvres.
  • Le prêt-à-porter d'avant garde des années 70 était vraiment pourris.
  • Il y a eu des émules de Jesus Franco à une époque (notamment en ce qui concerne les zooms sur les toiles d'araignées).
  • Les orphelins son enterrés dans les cimetières pour les pauvres.
  • La réanimation des cadavres nécessite la collaboration d'une sacrée tripotée de démons.
  • La microbiologie combinée à l'occultisme donne de très bons résultats dans le domaine de la résurrection des morts.
  • La télépathie est déconseillée aux cardiaques.
  • Les rêves érotiques des nains violeurs sont bleus !
  • Certains nains mesurent plus d'1m50 !!?
  • Embrasser une fille quand elle est morte ne fait aucune différence.
  • Le cognac est bon pour les nerfs.


    A VOIR

    1 min.   : Samba !
    3 min.   : Claire Grandier, on a bien compris, c'est bon.

    5 min.   :
    Nichons !
    10 min. : C'était une claque çà ?
    23 min. : J'ai pas de zoom mais je suis sûr qu'il n'y a qu'une personne avec un gros sac à dos sur le cheval.
    28 min. : Arrête de loucher Claire.
    32 min. : Nichons !
    35 min. : Nichons !
    45 min. : Çà arrange bien le maquilleur finalement que le cadavre n'ai eu que la figure touchée par l'accident.
    46 min. :
    Craignos Monster !
    52 min. : Elles éclairent vraiment bien ces chandelles.
    55 min. : C'est çà les photographies d'usage ?!
    59 min. : Y'avait un nain ? Où çà ?
    71 min. : La mort de Loreta n'alarme pas plus Richard que çà ?!
    74 min. : Nécrophile !
    87 min. : Erreur de continuité ou réduction du budget effets spéciaux ?



    LES REPLIQUES QUI TUENT

    Le Duc : "Il y a 5 ans et demi, mon frère Laurent est mort d'une chute de cheval. J'aimerai avoir de ses nouvelles. Faites-le venir."

    Loreta : "Tu ne penses qu'à çà !"
    Shawn : "Les chevaux, c'est pas drôle. Viens ici chérie."

    Le Duc : "Vos recherches me fascinent. Mais comme promis, je ne vous dérangerai pas."

    Claire : "C'est horrible."
    Gruber : "C'est ce qu'il nous faut. Je crois que ce sera une force de la nature."

    Gruber : "J'espère avoir assez de magnétisme pour dominer cet esprit satanique qui va prendre le contrôle de ce corps."
  • Le Duc : "Loreta, Joseph…qui êtes-vous ? Arrgh…"

    Claire : "Tu oublies quelque chose d'important. Que tu n'éprouves plus rien pour les femmes ne signifie pas que tu peux briser notre pacte."

    Shawn : "Réponds-moi, pourquoi ne dis-tu rien, réponds-moi… Arrgh…"

    Claire : "Satan, roi souverain, que ce ne soit pas la fin de mon travail… ooh…aah…Arrgh ! "



    Reference IMDB :


    PAS DE GALERIE