L'accueil

La liste des films

Les liens ne pas rater

ALIEN
1979 - 20th Century Fox



LES PERSONNAGES

- Ripley : Sigourney Weaver joue le rôle de sa vie, celui d'une héroïne avec des couilles qui survit au carnage spatial le plus terrifiant de l'histoire du cinéma.

- Parker : Black au syndicalisme exacerbé.

- Dallas : Barbu chef de l'équipe. Il finit assez rapidement emporté par la bête.

- Ash : John hurt, Officier scientifique douteux, normal c'est robot au service de la compagnie.

- Kane : Mère porteuse de l'Alien…meurt d'une indigestion lors de son accouchement (comment décrire çà autrement ?).

- Mère : Vaisseau à la voix toute féminine et plein de boutons lumineux.

- L'Alien : Sale bête qui passe son temps à baver, jouer à cache-cache avec l'équipage du Nostromo avant de les croquer. Ripley aura raison de lui en le cramant contre un réacteur dans l'espace.

L'HISTOIRE, L'AVIS

Film culte s'il en est, Alien a tout simplement donné naissance aux space-opera d'épouvante, rien que çà. Retranscrivant la terreur ressentie au fond de l'eau des dents de la mer dans l'espace.

 


Le Nostromo, véhicule commercial de remorquage ramène son équipage vers la terre. Mais tout le monde est réveillé à mi-chemin à cause d'un message indéchiffrable émis d'une proche planète. La décision est prise d'aller voir ce dont il s'agit mais l'arrivée se passe mal et le vaisseau ne peut redécoller.

Lors d'une excursion sur la surface de cette planète, Kane se retrouve avec une espèce de Blob accroché au visage. En salle d'opération, une incision sur le corps de cette chose fait couler un "sang" acide extrêmement corrosif. Mais la bêbête s'enfuit dans le vaisseau et Kane semble avoir guérit de son mal. C'est lors de son premier repas que l'incubé va accoucher du terrible bébé Alien lors d'une séquence d'éventration mythique qui pourtant, confine au ridicule.

Commence alors la chasse à l' E.T. qui se déroule dans des conditions catastrophiques, d'autant plus que Ash, l'officier scientifique est loin d'y mettre de la bonne volonté. Ripley, qui finit par prendre en main la destinée de l'équipage, faute de chef dévoré par la créature from outer space, ne s'en laisse pas raconter et force l'accès aux données protégées par Maman, l'intelligence artificielle régissant le Nostromo.

Les nouvelles données sont claires, ordre de la compagnie : ramener l'Alien sur terre pour analyse, quitte à sacrifier toute l'équipe. Comment personne ne s'est rendu compte que Ash n'était pas un humain sachant qui devait pisser autre chose que de l'urine et de la sueur (il y a qu'à voir la quantité de lait qui sort de son corps lorsqu'il se fait décapiter…).

Ripley finit toute seule dans la fusée de secours après avoir fait sauter le Nostromo avec la bête en son sein, direction la terre… seule dans l'espace ?

 

Tout le talent de Ridley Scott dans la terreur qu'inspire Alien est dans cette impression de solitude devant l'infini de l'espace. L'action est lente et posée, faisant monter la tension le long de ces couloirs étroits et oppressants. Le cache-cache avec la bête est insupportable de suspens, sans compter ce maudit chat (procédé artificiel mais au combien efficace) qui surgit à tous les coins de porte.

Le Nostromo est tout simplement fantomatique, on ressent partout l'esprit de Maman (et son cerveau plein de lumières partout, comme ils savaient exacerber la technologie à l'époque), et cette créature qui guette ses proies. L'Alien est d'ailleurs peu souvent à l'écran. Ce n'est pas un mal, d'ailleurs car, bien que terriblement bien designé (Giger et sa patte inimitable), ses apparitions donne une impression plutôt moyenne de sculpture sur roulette, donc pas vraiment fort au niveau crédibilité. Mais la prestation de M. gueule de chien méduse est assez bien compensée lors de la scène finale.

Plein d'autres petits éléments bien trouvés viennent ajouter à la montée de la tension, comme par exemple, le détecteur de mouvements sonore, la caméra embarquée, le radar... et, malgré cette débauche de moyens dont dispose les space marines, ils n'ont jamais été aussi désemparés face à une menace si furtive et déterminée.

Alien est décidément le film définitif de trouille dans l'espace.

 


CE QUE J'AI APPRIS DANS CE FILM

  • 17 heures de travail représentent 25 heures pour un syndiqué.
  • Si un de vos collègues est trop malade, mettez-le dans le frigo en attendant qu'il voie un médecin.
  • Les robots ont du lait à la place du sang.
  • Les robots peuvent ressentir de la sympathie.
  •  


    A VOIR


    33 min.   : Attaque d'œufs ?
    47 min.   : Et une bonne trouille avec le coup du chat à ressort.
    53 min.   :
    Çà a l'air vraiment dégueulasse, la bouffe dans l'espace.
    60 min.   :
    Maudit chat.
    79 min.   :
    Massacre au magazine.
    93 min.   :
    Et elle s'emmerde encore avec la caisse du chat.




    LES REPLIQUES QUI TUENT

    Parker : "çà a un merveilleux mécanisme de défense. Tu n'oserais même pas le tuer."

    Parker : "On n'aurait jamais dû se poser sur cette planète."

     

     

    Reference IMDB :

     


      LA GALERIE