L'accueil

La liste des films

Les liens ne pas rater

BIGGLES
1986 - Compact Yellowbill



LES PERSONNAGES

- Jim Fergusson : Jeune Yuppie directeur des "repas de stars" et jumeau temporel du Biggles à ses heures volées.

- Biggles : Espion intrépide de la première Guerre Mondiale et… jumeau temporel de Jim.

- Col. William Raymond : Peter Cushing ! Officier supérieur de Biggles survivant de la 1è GM travaillant aujourd'hui pour les services secrets britanniques, habitant sous un pont de la Tamise. Il servira de guide pour lors de la mission de Jim.

- Debbie : Potiche de Jim qui le suivra une fois dans les tranchées.

- Chuck : Gros con de service. Partenaire de Jim dans sa florissante affaire de bouffe en plastique.

- Von Stalhein : Baron Noir de 14-18. Ennemi juré de Biggles, il donnera pas mal de fil à retordre aux héros mais terminera dans une magnifique explosion à bord de son Biplan.

L'HISTOIRE, L'AVIS

Voici un petit film fantastique absolument tout public qui ne casse pas la tête et mélange allègrement les genres.


Jim Fergusson, directeur d'une entreprise confectionnant des plateaux repas apparemment dégueulasses est en train de préparer son discours de lancement lorsqu'un éclair électromagnétique le projette et pleine bataille aérienne de la 1ère Guerre Mondiale, aux côtés d'un certain Biggles, espion aviateur très casse-cou.

Plus tard, lors du congrès du lancement de son nouveau produit, il est contacté par un vieil homme, agent secret britannique, qui lui demande de se rendre à Londres pour remplir une mission. D'abord très réticent, sa seconde projection dans le temps où lui et Biggles poursuivront Von Stalhein en Biplan, puis sa réapparition dans le présent devant ses invités et dans un sale état finit de le convaincre.

Arrivé à Londres, il apprend que le but de sa mission est de neutraliser une arme secrète fabriquée par les Allemands. C'est lors d'un nouveau "voyage", en compagnie de Debbie qui a finit par le rejoindre avec Chuck, qu'il découvrira qu'il s'agit d'une arme à ultrasons dévastatrice.

L'équipe de Biggles, aidée de Jim et d'un hélicoptère de 1980 viendra à bout de la machine d'une manière absolument absurde. L'hélico étant équipé d'un micro et d'un haut-parleur externe, Jim joue sur l'effet de larsen pour neutraliser l'énorme arme ultrason. Bon…

 

Biggles est le parfait petit film du dimanche soir mêlant le fantastique, le film de guerre, d'espionnage et la comédie (merci à Chuck le lourdeau qui remplit le quota). Cependant bien qu'il soit divertissant et agrémenté d'un bon casting (Peter Cushing, vieillissant, mais quand même !), ce film manque énormément de logique, notamment sur un point essentiel : la raison pour laquelle Jim est victime de ces projections dans le temps. Même la notion de jumeaux temporels aurait mérité d'être développée…on n'est pas loin de Code Quantum.

Néanmoins, il ressort un certain charme de Biggles du fait de cette naïveté, des costumes et de la musique très datée par la mode des années 80 (évidemment, mieux ne vaut pas être allergique à cette période dominée par la musique en plastique pour FM). Enfin certaines scènes de guerre sont particulièrement réussies (si on omet cette musique forcément anachronique), notamment celle de l'essai de l'arme à ultrasons…apocalyptique.

Pas inoubliable, Biggles fait tout de même passer un bon moment, pour peu que l'on ne s'attache pas aux maladresses de son scénario.

 

 

CE QUE J'AI APPRIS DANS CE FILM

  • Vu d'une certaine manière, le maïs n'est pas très appétissant.
  • Les nonnes prennent n'importe quel homme en caleçon pour Jésus.
  • La céramique résiste aux ultrasons.
  • On passe partout avec une bande de Punks.
  •  


    A VOIR


    36 min.   : Lamentable, le coup du rasoir.
    48 min.   : Toc toc toc… il est fou ! Et si c'était une mine géante ?




    LES REPLIQUES QUI TUENT

    Biggles : "Vous êtes dans quelle arme ?"
    Jim : "La cuisine"

    Biggles : "Quand on sait piloter un Sopwith Camel, on pilote tout."

     

     

    Reference IMDB :

     


      LA GALERIE