L'accueil

La liste des films

Les liens ne pas rater

L'AUBERGE DE LA VENGEANCE
1987 - Dania Film



LES PERSONNAGES

- Carlo : L'amant de Linda. Pas le genre de gars à rigoler, d'ailleurs, on se demande bien ce qu'elle a pu lui trouver. De toute façon elle mettra fin à sa relation en lui balançant une bouteille dans la tête.

- Linda : Belle Italienne aux mœurs très volage. Vaguement fêlée de la carafe, son aventure ne va rien arranger.

- Alex : Fils de Linda et de Lucas. Carlo ne peut pas le supporter, d'autant que, la nuit, le chérubin n'arrête pas de faire des cauchemars.

- Marco : L'inconnu accueilli par Linda. Personnage mystérieux qui a tout pour lui rappeler son défunt mari… le physique en plus.

- Lucas : Le mari tué par Carlo et Linda. Il passe le plus clair de son temps à hanter les nuits d'Alex avec sa tête de déterré.

L'HISTOIRE, L'AVIS

Voici un petit téléfilm d'épouvante comme on les aime, réalisé par Lamberto Bava pour les besoins de la télé italienne.


Le prologue nous montre un couple, Carlo et Linda, enceinte, s'apprêtant à enterrer le corps de son mari, Lucas, pas tout à fait mort. D'ailleurs, dans son dernier sursaut, il emportera avec lui une boucle d'oreille arrachée à sa femme.

Nous retrouvons ensuite nos 2 assassins 6 ans plus tard. Le petit a grandit et ils tiennent un petit hôtel restaurant où le travail n'est pas tous les jours faciles. Sans compter que les nuits sont souvent interrompues par les cauchemars d'Alex qui y voit son père, à l'état de cadavre en décomposition, venir le chercher. Pour couronner le tout, le flic du coin a souvent la mauvaise habitude de rappeler à Linda qu'il trouve la disparition de son mari franchement étrange.

Arrive un jour un vagabond en tenue militaire auquel Linda offrira une étonnante hospitalité, au dépend de Carlo. Ce dernier ne cachera pas sa jalousie mais Marco, le nouvel arrivant sera tant bien que mal accepté comme main d'œuvre supplémentaire dans l'affaire. Mais au fil des jours, Marco laisse échapper des indices troublant de similitudes, rapport à Lucas. Il semble connaître tout des habitudes du défunt mari et des goûts de Linda.

La tension va ensuite monter entre les protagonistes, Carlo payera sa suspicion et sa jalousie de sa vie tandis que Linda seule face à cet étrange homme sombrera peu à peu dans la folie, fruit de sa culpabilité, à moins que Marco ne soit vraiment la réincarnation de Lucas, venu se venger d'elle pour l'avoir oublié et pour comprendre les raisons de son acte.

 

 

L'Auberge de la Vengeance oscille en permanence entre le thriller et l'épouvante pure. Il repose notamment sur des hallucinations furtives et une certaine confusion quant à la perception des personnages. Malgré un formatage téléfilm évident, il propose quelques images assez forte (les cauchemars du gosse, l'apparition hybride de Marco/Lucas…) ainsi que des prises de vue du lac environnant passées au filtre de toute beauté, ainsi que quelques astuces de mise en image assez intéressantes (les travellings/raccords dans les chambres).

On regrette cependant que la fin parte un peu dans tous les sens et que l'on s'y perde, mais peut-être Bava nous fait-il témoigner de l'esprit malade de son personnage féminin… A déplorer enfin, comme souvent dans ce genre de métrage, un doublage français catastrophique et un jeu d'acteur peu convaincant.

Mais l'Auberge de la Vengeance vaut tout de même bien mieux qu'un Hollywood Nights.

 

 

CE QUE J'AI APPRIS DANS CE FILM

  • Pour bien réussir ses pâtes, rien ne vaut une touche de gingembre dans la sauce.
  • Une journée sans frigo et votre viande se retrouve pleine de vers.
  • 6 ans enterré, et il reste toujours à manger, peut-être que l'alcool conserve, finalement.
  •  


    A VOIR


    2   min.   : Il n'est pas mort… voilà comme çà, il devrait bien dormir.
    11 min.   : Quel horrible slip.
    38 min.   : Sacré molard.
    49 min.   :
    Acte de violence gratuite contre une porte.
    53 min.   : Jour…nuit…jour
    85 min.   : Pourquoi ne s'enfuit-elle pas par la fenêtre de sa chambre ?



    LES REPLIQUES QUI TUENT

    Carlo : "Alors, vous faites de l'auto-stop !"
    Marco : "Oui."
    Carlo : "Et vous venez d'où ?"
    Marco :
    "Du nord."
    Carlo : "Et vous allez au sud, donc…"

    Carlo : "Comment vous savez qu'il y a des fringues dans la buanderie ?"

    Marco : "La confession est une grande libération."
    Carlo : "Et vous êtes moins durs avec les criminels qui avouent ?"


     

    Reference IMDB :

     


      LA GALERIE