L'accueil

La liste des films

Les liens ne pas rater

BABY BLOOD
1990 - Partner's Production



LES PERSONNAGES

- Yenca : Une jeune femme pulpeuse (main avec une bouche à copeaux…) un peu larguée, enceinte du monstre.

- Lohman : Patron du cirque et "tortionnaire" de Yenca avant le début se son aventure. Planté.

- Les hommes : Le tas de blaireaux trop représentatifs de la gent masculine qui croiseront le chemin de Yenca, tous bons à consommer par la créature qu'elle porte.

- Le ver : Nouvelle espèce marine devant évoluer et à long terme, remplacer l'homme. Pour le moment, il prend naissance dans le ventre de Yenca. Doué de pensée, il doit de nourrir de sang humain, c'est là son moindre défaut.

L'HISTOIRE, L'AVIS

Baby blood, d'Alain Robak est un film marqué par l'époque où le gore devint suffisamment grand public (avec la déclinaison des Freddy, Jason, etc...) pour tenter une sortie en salle et même bénéficier d'une certaine couverture médiatique.

 

Yenca a le mal de vivre dans la caravane du cirque Lohman. Le boss, à qui elle sert de bonniche est une brute, et la miss a le sang chaud. Un soir, alors que le dompteur reçoit une nouvelle bête issue d'un pays équatorial, la tension monte parmi les animaux et les hommes de la troupe. C'est cette même nuit que Yenca se fait littéralement posséder par un étrange ver (!!??) cousin d'Elmer de Brain Damage.

Cette créature décide donc de choisir de se faire porter par la belle qui devra l'endurer et lui donner naissance, non sans l'avoir nourrit tout au long de sa gestation. C'est que ce ver, non content de pouvoir exprimer le moindre de ses désirs à sa maman, a un régime plutôt difficile à satisfaire dans la mesure où il se nourrit de sang de mâle humain.

Alors, le lendemain, Yenca craque, se tire et entame sa chasse à l'homme dans la jungle urbaine, d'abord par douleur car le monstre la torture de l'intérieure lorsqu'elle ne peut le satisfaire… puis par connivence car au fur et à mesure de ses rencontres, chaque mec rencontré fait prendre un peu plus conscience à la jeune femme la bassesse de ces pauvres hommes.

 

Voilà pour l'intrigue, traitée de manière bien glauque. Baby Blood ne dépareillerai pas dans la collection des films d'allumés de Franck Hennenlotter (on pense donc à Brain Damage, Basket Case...). Le film dresse un constat incisif sur les comportements pitoyables et machistes des hommes, alors qu'au fur et à mesure du déroulement se tisse une réelle compréhension entre Yenca et la créature qu'elle porte. Film français oblige, Baxter nous vient à l'esprit à l'écoute des réflexions parfois naïves mais justes du ver.

Pour le reste de la mise en scène, c'est gore, très gore. Pas toujours bien foutu (les jets de sang sont grotesques… mais peut-être est-ce volontaire). Et quelques séquences un peu maladroites sont à attribuer aux accidents de voitures, filmées en accéléré. La direction des acteurs n'est pas mauvaise, pas pompeuse et le casting réserve quelques surprises (on compte notamment Alain Chabat parmi les victimes et Lafesse parmi les rencontres).

Rien que pour le gore et pour se remémorer sans honte une certaine époque, Baby blood mérite l'attention de tout fantasticofile chauvin.

 


CE QUE J'AI APPRIS DANS CE FILM

  • Les auto-stoppeuses allemandes sont toutes hystériques.
  • S'il y a quelque chose qui vous attrape les testicules pendant que vous copulez, vous feriez bien de vous en inquiéter…
  • On peut faire éclater quelqu'un avec un masque à oxygène ?
  •  


    A VOIR


    22 min.   : Nichons !
    26 min.   : Heu, c'est bon, çà va aller au niveau du sang là…
    35 min.   : Musique d'ascenseur… déprimant.
    60 min.   : Un coup de fil.
    80 min.   :
    Craignos Monster ! (un bébé Chtulhu !)




    LES REPLIQUES QUI TUENT

    Le ver : "Je suis, comment dire heu…déchu."
    Yenca : "déçu!"

    Le ver : "Oh dis donc, j'ai une idée ! Tu te le tapes, et moi, je l'attrape par les testicules !"

    Un blaireau : "On monte prendre un verre ?"

     


    Reference IMDB :

     


      LA GALERIE