L'accueil

La liste des films

Les liens ne pas rater

BATMAN FOREVER
1995 - Warner Bros



LES PERSONNAGES

- Batman / Bruce Wayne : Inutile de présenter. Sauf qu'ici il s'agit de Val Kilmer et que le personnage fait très "tonton ringard qu'aime bien les jeunes".

- Double Face : Psychopathe de Gotham qui remet toujours le destin de ses victimes entre les mains du hasard et de sa pièce fétiche. Si fétiche qu'elle lui coûtera la vie.

- L'homme énigme/E. Nigma : Savant fou dont le projet a été refusé par Bruce Wayne. Grand manipulateur des ondes cérébrales et sale cabotin.

- Robin : Jeune trapéziste recueilli par Bruce Wayne/Batman après que Double Face ait assassiné sa famille lors d'un spectacle. Gigolo du Dark Knight ?

- Chase Meridian : Blondasse de service. Psychologue à 2 francs.

- Alfred : Garant du bon fonctionnement de la BatEntreprise. Majordome britannique à la limite de la caricature.

L'HISTOIRE, L'AVIS

La franchise a changé de main à l'occasion de cet épisode et Burton cède la place à Joel Schumacher qui doit ici se débrouiller pour adapter le père des super-héros sombres et torturés à sa sauce. On craint le pire, et à juste titre.

 

La première intervention de Batman (sorte de prégénérique Bondien) nous le montre aux prises avec un des nombreux maniaques de Gotham en la personne de Double Face, occupé à braquer la deuxième plus grosse banque de la ville et, accessoirement, à se débarrasser de l'homme chauve-souris. Là, le héros se sort du dangereux piège qui lui a été tendu. Il rencontre une pseudo-psychologue dont les intentions amoureuses ne font aucun doute. Tout y passe pour nous en foutre plein les yeux et donner le ton des deux heures à suivre.

Puis Edward Nigma, un nouveau personnage, est introduit. Il se voit refuser, par Bruce Wayne, le développement de son projet de machine permettant de manipuler les ondes cérébrales… dans un but de pur divertissement. Pris de colère et de folie, il tuera tout d'abord son directeur de projet (en maquillant la tragédie en accident) non sans lui avoir auparavant pompé tout ce qu'il a dans le crâne à l'aide de sa diabolique invention.

Nous assistons donc ensuite à la genèse de ce nouveau Bad-Guy qui ira chercher Double-Face pour conclure un marché ayant pour enjeu la tête de Batman. Un truc que je peine à comprendre d'ailleurs, comment Wayne n'a pas fait plus tôt l'association entre l'Homme Enigme et E. Nigma qu'il a congédié quelques jours auparavant ? Il faut dire qu'il est plutôt mou du bulbe dans cet épisode. Dans le détail : s'enticher d'une potiche, adopter un jeune trapéziste qui fait son rebelle, faire cesser l'existence de Batman… Hou làlà, très psycho tourmenté ce Batman Forever… oui bof.

En tous les cas, Dick, qui a été recueillit sous le toit de Bruce Wayne ne tarde pas à découvrir la Batcave et à envisager sa revanche contre Double Face sous les traits de Robin. Et la présence du jeunot auprès de Batman n'est pas superflue pour venir à bout du duo de clowns diaboliques que forme l'Homme Enigme et son acolyte.

 

Avec Batman le Défi, Tim Burton avait pu correctement s'exprimer au sujet de Batman et de Gotham City, posant ainsi les fondations d'un mythe sombre très en accord avec l'œuvre originale de Bob Kane. Schumacher aurait pu s'appuyer dessus mais il a décidé de faire son propre Batman qui n'est au final, qu'une pâle copie du premier épisode déjà moyen, les couleurs et l'esthétique disco/fluo/gay en plus (Ha, cette empoignade lorsque Robin sauve Batman enseveli sous les gravats…Manpower !)

Le casting fait très mal. Val Kilmer est anticharismatique au possible, Nicole Kidman joue la sous Kim Basinger et Jim Carrey est 100 fois plus horripilant que Jack Nicholson à l'époque du Joker. D'ailleurs, une fois de plus, on ne peut échapper à 2 ou 3 Jim Carrey show qui donnent envie de brûler la cassette et de maudire cet acteur qui a su à tant intégrer des rôles plus intéressants reposant moins sur ses minables pitreries (Man on the Moon…). Quant à la réalisation, l'ensemble du film est cadré un peu n'importe comment, manière de prolonger le mauvais goût déjà instauré par les couleurs flashy et même les péripéties sensées être spectaculaires ont un rendu très mou qui fait que l'on peine vraiment à s'y accrocher et, pire que tout, les dialogues volent tellement bas cette fois-ci que l'on ne s'implique à aucun moment dans l'action.

Seule la dernière scène, un peu inquiétante, où l'on voit l'Homme Enigme devenu complètement fou dans sa chambre capitonnée et se prenant pour Batman, nous fait regretter le bon film que cette équipe aurait pu nous livrer.

Opération marketing totale, Batman Forever finit par être navrant.

 


CE QUE J'AI APPRIS DANS CE FILM

  • Batman a copié sur Actarus pour se rendre dans sa Batmobile.
  • Les gens qui jouent aux énigmes sont des assassins en puissance.
  • Oiseaux de bois -> Robin des Bois -> Robin et Batman !
  • Les femmes ne savent vraiment jamais ce qu'elles veulent.
  •  


    A VOIR


    11 min.   : La statue de la Liberté à Gotham City ?
    21 min.   : Jim Carrey Show… où j'ai mis la télécommande ?
    30 min.   : Heu… j'ai vu une chauve-souris aussi moi. Il est pipé son test ?
    63 min.   : Punish Yourself !
    78 min.   :
    Une pub pour Loreal ?
    88 min.   :
    Comment Alfred peut-il être aussi crétin ?
    95 min.   :
    Attention, Batman teste un nouveau costume avec des couilles et des tétons !




    LES REPLIQUES QUI TUENT

    Alfred : "Puis-je vous convaincre d'emporter un sandwich avec vous, monsieur ?"
    Batman : "J'irai au resto-route."

    L'Homme Mystère : "Est-ce que personne ne t'as prévenu que tu as des réactions impulsives qui posent problème ?"

    Alfred : "Non Monsieur, il a pris l'AUTRE voiture."

    L'Homme Mystère : "J'en fais peut-être trop, tu ne crois pas ? Je suis très mauvais juge."

     

     


    Reference IMDB :

     


      LA GALERIE