L'accueil

La liste des films

Les liens à ne pas rater

ADRENALINE
1996 - Filmwerks



LES PERSONNAGES

- Volker : Premier coéquipier de Delon, égorgé au premier tour.

- Delon : Natasha Henstridge ! Jeune recrue immigrée de la Police de Boston. Elle cherche à passer la frontière et elle ne pouvait pas mieux commencer sa carrière.

- Wocek : Agent d'intervention. Morte éventrée/goûtée.

- Cuzo : Agent d'intervention qui n'a pas de bol.

- Lemieux : Christophe Lambert ! Héros de l'intervention, donc il ne peut pas mourir.

- Le mutant : Homme victime d'une nouvelle forme de malaria très contagieuse. Cannibale à ses heures et relativement intelligent.

 

L'HISTOIRE, L'AVIS

Hou làlà quelle daube ce film. Voilà çà résume déjà bien ce qui va suivre. C'est vraiment dommage parce qu'on sait que parfois Natasha peut être bonne actrice (même sans se foutre à poil), et puis il y avait une trame d'anticipation qui exploitée aurai pu rendre la chose passionnante. D'ailleurs voici, vite fait, le contexte de l'histoire :

 

En 2007, dans un monde violent et déchiré, où le communisme a disparu et les gouvernements démissionnent peu à peu règne une anarchie sans fin. Viennent se greffer à cela une instoppable épidémie dite de microphage virulent. Au Etats-Unis (à Boston particulièrement), le monde est séparé en 2 de part et d'autre d'une frontière bien physique. D'un côté les émigrants, mis en quarantaine et vivant dans la misère en attendant d'avoir un passeport pour passer cette inaccessible frontière, et de l'autre l'Amérique anonyme. Delon est du premier de ces camps, mais elle compte bien s'en sortir avec son gosse en travaillant pour le gouvernement en tant que flic. L'une de ses première mission sera de traquer un mutant très dangereux car très contagieux, victime d'une nouvelle et atroce maladie.

Çà pourrait faire envie raconté comme çà… seulement le problème, c'est qu'on se retrouve devant près de 90 minutes de poursuites minables dans des ruines où il ne se passe absolument rien ! Une fois que le collègue de Delon se fait égorger par le monstre, une équipe dirigée par Lemieux/Lambert vient à la rescousse, et çà ne s'arrange pas. Le jeu du bigleux est poussif et Pyun passe son temps à filmer des acteurs jouant aux bandits comme des gamins dans des couloirs désaffectés. Le groupe survivant tombera dans le repaire du mutant pour, finalement, en venir à bout et Delon pourra passer la frontière avec son fils grâce à un faux passeport et l'indulgence de ses supérieurs.

 

La catastrophe cinématographique apparaît à tous les étages dans ce gâchis de pellicule. D'abord je rappelle qu'il ne se passe vraiment pas grand chose à part 4 flics qui traque un homme dans des ruines (bis repetita, mais il n'y a pas plus de matière). Quelques élément scénaristiques sont complètement laissés de côté (pourquoi un groupe spécial s'intéresse au mutant et veut taire l'affaire ?).

Les moyens sont misérables : un décor qui n'a pas du coûter cher (aux lendemains d'une guerre en Slovaquie…), le tout doit se passer aux Etats-Unis alors que les flics portent des uniformes "POLICIA", exploitation de stockshots de manifs pour le prologue, éclairage à 2 balles et j'en passe…

Côté artistique, on vole au ras des pâquerettes, l'ensemble du métrage étant victime du syndrome de la lentille du judas (à la Vidoq quoi…), assorti d'un cadrage à la mord moi le nœud (et un coup de traviole pour faire style, on suit la trajectoire des balles en vu subjective… génial !). Et pour finir de mettre l'ambiance, on force bien sur la musique de téléfilm qui fait peur alors qu'il ne se passe rien !

Est-il nécessaire de s'attarder sur la direction et le jeu des acteurs…? Trop lamentable, les répliques de Wocek sont d'une platitude à faire pleurer et Lambert est agaçant. A noter le moment le plus pénible lorsqu'il réchappe d'une chute dans une fosse et qu'il met 5 minutes à s'en sortir en gémissant.

Heureusement, il y a quelques éléments assez gores qui peuvent faire ouvrir les yeux, mais c'est trop sombre, trop lent, trop chiant. Albert aurait mieux fait de retitrer son film Endorphine…

 


CE QUE J'AI APPRIS DANS CE FILM

  • Le gouvernement démissionnera en 2007.
  • Les cannibales gardent la tête pour le dessert.
  • Des adversaires peuvent se retrouver cloués aux murs s'ils sont jetés assez fort.



  • A VOIR


    1 min.     : Stockshots de Croatie ?
    4 min.     :
    Attention au camion !
    14 min.   : Acte de violence gratuit contre un témoin.
    28 min.   : Entre une tête arrachée et un égorgement, il faudrait savoir !
    48 min.   : Pourquoi le mutant ne la bouffe pas maintenant ? Hé, Lambert, tu vas y arriver oui ?!
    53 min.   : Oui oui, on le sait depuis longtemps que c'est une ancienne prison.
    76 min.   : Un spot bleu dans une prison désaffectée ?
    83 min.   : Soit Delon est très contorsionniste, soit le mutant a les bras trop courts (et dans ce cas là il est aussi con, car il pourrait se rapprocher…).
    84 min.   : Delon est très contorsionniste…



    LES REPLIQUES QUI TUENT

    Wocek : "Qu'est-ce que t'en dis ?"
    Lemieux : "C'est calme, trop calme."
    Wocek : "C'est le secteur des horreurs, je déteste cette partie de la ville."

    Wocek : "J'ai un pressentiment, j'le sens pas bien."
    Cuzo : "Ferme-la, j'me sens pas bien sur mes jambes alors n'en rajoute pas."

    Lemieux : "Ouais tous les gens biens quittent le pays, c'est pour çà qu'y a plus d'espoir."

    Delon : "S'il n'est pas contagieux, alors pourquoi portez-vous ces combinaisons ?"
    Agent : "Simple formalité…"

    Cuzo : "Ils ont vraiment intérêt à payer mes 3 mois de salaire."

     



    Reference IMDB :


      LA GALERIE